Vivre avec les Orion-Is

Publié le par LilaLuz

Vivre avec les Orion-Is

Les Orion-Is font partie de notre lignage, nous sommes leurs descendants indirects et ils nous ressemblent, en plus grands. Les mondes qu’ils ont colonisés sont nombreux et unis par des alliances interstellaires millénaires dont la Fraternité Blanche Universelle fait partie, entre autres. En tant qu’habitants de la Terre nous y sommes intégrés bien que nous n’en soyons pas tout à faits conscients et que nous n’y agissons pas encore en tant que membres actifs et autonomes ; seuls quelques-uns d’entre nous peuvent rejoindre les Conseils et activer la participation de l’Humanité de la Terre au sein des Fédérations et des grandes Alliances. Nos Grands Ancêtres nous surveillent et viennent régulièrement vers nous pour nous soutenir ou nous enseigner. Leurs navettes sont connues et portent le signe de l’Ashtar Command, par exemple.

Ceux qui sont en contact avec les Orionis ne communiquent pas sur leur abduction, car les rencontres sont conçues comme une récompense et l’occasion de retrouvailles avec la conscience spirituelle la plus élevée, la plus belle, rarement on s’en plaint. Les Orionis ne sont pas des Anges, ce sont des peuples techniquement et spirituellement avancés, qui se déplacent autant dans l’espace et les dimensions que dans le courant du temps et ses difractions. Ils ne sont prisonniers ni de la gravité, ni d’aucune limite spatio-temporelle grâce à leur vaisseau et à plusieurs technologies intégrées à leurs vêtements. Leur limite d’intervention est le Respect de l’évolution biologique que leur sagesse leur interdit de transgresser. Ils peuvent nous aider à certaines occasions d’une manière qui respecte notre capacité physiologique naturelle. C’est d’ailleurs cette limite imposée par le respect de lois anciennes qui nous rend conscients d’être inférieurs puisque nous les terriens ne connaissons ni ne reconnaissons l’existence de ces lois spirituelles et morales.

Avant tout partage de communication ou de connaissances des filtres vibratoires sont placés pour que ces informations ne soient « ouvertes » dans leur entièreté qu’avec le niveau vibratoire correspondant, notre aptitude à comprendre doit s’aligner à la Conscience Universelle ; ils sont particulièrement conscients et se sentent responsables lorsque les connaissances acquises trop rapidement sont mal utilisées ou déviées de leur propos. Les Orionis sont présents sur Terre de nombreuses façons. Leurs groupes de travail se déplacent dans des dimensions qui n’existent pas pour les terriens de la surface : par exemple la quatrième dimension ou l’intra-terre habité.

Notre état d’esprit émet une onde électromagnétique. Cette onde s’agglomère à celles des gens avec lesquels nous vivons et communiquons. Cela forme notre réalité, et un grand nombre d’informations ne peut être lue ou comprise en dehors de cette base. Les personnes qui cherchent à innover sortent de cette base psycho-énergétique en utilisant des substances psychotropes ou des rituels qui ont un impact sur les hormones produites par le corps. Mais les Orionis n’utilisent aucune de ces méthodes, ils se contentent d’un alignement des hémisphères gauches et droits dans une même onde alpha, puis delta et têta, avec des intensités variables sur des points précis du cerveau. Ces ondes sont canalisées et envoyées par une machine spéciale qui récupère les vibrations et les restitue pour former une nouvelle onde. Ce n’est pas comme de rester enfermé dans une pièce avec un casque et de la musique méditative sur les oreilles. C’est plutôt un rayon laser de microparticules de lumière, séquencées d’une manière précise qui ciblent des zones du cerveau afin de les stimuler et les faire croître de sorte à développer certaines aptitudes qui sont déjà contenues dans notre génome.

Chaque individu est considéré comme une bibliothèque de talents. Notre empreinte cérébrale permet de mieux comprendre nos talents et de les développer de manière continue. Les machines utilisées par les peuples de l’Espace sont destinées à retrouver ou ne pas perdre l’équilibre intérieur et développer les aptitudes afin de rester actif. Leur temps de vie s’étire facilement sur plusieurs millénaires dans notre monde, cela ne signifie pas qu’ils sont immortels dans le leur. Les changements vibratoires et temporels stoppent ou ralentissent le vieillissement cellulaire car celui-ci est aussi lié au mode de vie et à l’environnement. On se sent vieillir lorsque notre environnement se renouvelle plus vite que nos forces vitales, notre désir de vivre est moins intense quand l’effort à fournir pour vivre pleinement est trop important ou qu’il porte à échouer. Le vieillissement cellulaire est un codage, qui peut être retiré de l’Adn, mais sur Terre il n’y aurait pas de raison de vivre plus d’une centaine d’années avec la même apparence physique, celle-ci finirait par s’user et donc, la mort est la solution la mieux adaptée au renouvellement des forces vitales de l’âme. Ailleurs, les peuples régénèrent leur âme par la Communion à l’Un, à l’Unité. C’est une méditation individuelle et collective qui comporte plusieurs niveaux de communion vibratoire, et cela permet de découvrir des gens et des environnements inconnus par la communion vibratoire, la Fusion intérieure des sentiments et des vécus. Souvent, c’est lors d’une communion vibratoire qu’on lieu des « coups de foudre » entre individus situés à des milliers de mondes, ou entre un individu et un domaine d’études. Les passions se découvrent lorsque l’énergie est en résonance avec l’âme. Dans de nombreux peuples, les alliances, les échanges intercommunautaires ont lieu sur la base de la résonance vibratoire. Ainsi, pour communiquer et les rencontrer, il faut déjà partager des points communs.

Mode Opératoire :

  • La première chose à savoir si l’on désire connaître ces peuples, il faut vivre selon leurs vibrations et cela exige de penser différemment, d’apprécier nos qualités personnelles terriennes, d’aimer la planète qui nous porte, de connaître ses particularités afin de bien centrer notre énergie et notre personnalité dans « ce que je suis ». Si l’on ne sait pas qui l’on est, en quoi on est unique ou « rare », les autres peuples ne peuvent pas savoir que nous sommes capable de sortir de l’énergie globale de l’humain de base. Cela ne doit pas s’apparenter à de l’orgueil, qui est une énergie qui repousse les autres en les infériorisant. Au contraire, on doit ressentir de l’amour et de l’auto-appréciation pour nos talents, comme nous le ferions pour les autres personnes que nous admirons. On a le droit – et le devoir- d’être fier d’être un être humain, sans ostentations mais avec plénitude et joie.

  • Prendre confiance en Soi en tant qu’être spirituel est le second pas. Si l’on ne croit pas qu’une architecture spirituelle existe dans l’univers, il n’y a pas de raison pour que cette architecture devienne visible ou compréhensible à nos yeux, à notre esprit. Le don de l’ouverture d’esprit fait partie intégrante du processus d’acquisition des connaissances : on ne remplit pas une tasse qui se définit elle-même comme pleine à ras- bord. C’est donc en ayant une attitude curieuse et respectueuse des connaissances que l’on place l’alignement vibratoire au centre de l’Etre. Les forces énergétiques du désir d’apprendre et la force de concentration forment un canal neutre, qui fait « appel d’air » c’est-à-dire qui ouvre une porte intérieure pour plus de connaissances, plus de Jeu.

  • Considérer toute rencontre comme étant une découverte et une curiosité pour les 2 parties : ces gens, intelligents, rusés, prudents et extrêmement conscients des ondes que nous émettons avec leurs souvenirs associés, l’histoire que nous transportons en nous, ne sont néanmoins pas omniscients et blasés. Ils viennent avec un esprit d’ouverture, ils veulent eux-aussi apprendre. Peut-être pas sur les mêmes sujets que nous, pourtant nous leur donnons l’occasion d’avoir une compréhension plus fine de l’Univers, des mondes humains et d’apprendre sur eux-mêmes par le reflet que nous leur renvoyons. Bien que nous soyons moins intelligents que leurs enfants en bas âge, nous pouvons leur réapprendre des choses qu’ils ont oubliées et qui leur donnent de la Joie ; ne sous-estimons pas notre espèce et notre valeur globale pour l’évolution. Nous sommes nés sur Gaia, et cela vaut bien des batailles ! Notre niveau d’expérience n’est peut-être pas le plus élégant, mais il leur permet d’éviter de le vivre, puisque c’est à nous que cela est donné. La Vie se donne la même valeur où qu'elle se développe, quelque soit sa forme, notre prétention nous pousse à croire que certaines formes ou personnes ont plus de valeur que d'autres mais en vérité cela dépend des situations et de l'Instant. Ne dit-on pas que l'on a souvent besoin d'un plus petit que soi?

A bientôt. Lila

Publié dans Vivre l'Etrete

Commenter cet article